Le marché en un coup d'œil : "Doom and Gloom" janvier

mardi 10 janvier
Publications

Un riff de guitare lourd, un rythme de batterie battant qui suit quelques mesures plus tard, la voix électrisante de Mike Jagger qui commence à scander des paroles...voilà l'ouverture de "Doom and Gloom" la chanson des Rolling Stones, sortie en 2012 pour le 50e anniversaire du groupe.

"Gloom and doom", c'est ce que semblent être les prévisions financières en ce début d'année 2023. La plupart des banques ont publié leurs perspectives pour l'année à venir, et le consensus est que ce n'est qu'une question de mois avant qu'une récession ne frappe les économies développées.

Disons-le tout net : les prévisions ne sont pas notre tasse de thé. De plus, nous doutons sérieusement de la capacité d'un économiste à prédire le cours des événements sur le marché pour une année entière (combien de stratèges en investissement ont vu venir 2022 ?). Nous préférons nous en tenir aux faits et essayer de nous forger une opinion, un point de données à la fois.

Alors, que savons-nous jusqu'à présent ?

Oui, il y a de plus en plus de preuves d'une récession imminente - ou du moins d'un ralentissement économique. Mais ce ralentissement ne devrait pas être une surprise. C'est le prix que nous devons tous payer pour éviter l'inflation, selon les banques centrales (vous pouvez ne pas être d'accord, mais cela ne les fera pas changer d'avis). Leur stratégie est claire : réduire la demande en freinant les emprunts et donc les dépenses. Leur arme : des taux d'intérêt plus élevés.

Jusqu'à présent, le plan semble fonctionner. Nous avons vu les premières indications d'une baisse de l'inflation. Les dommages collatéraux sont plus difficiles à évaluer. Ce qui était attractif l'année dernière est en train de faire un plongeon (actifs numériques, tech, investissements thématiques, etc.…). Les obligations, notamment celles émises lorsque les taux étaient bas, ont connu l'une de leurs pires années depuis un siècle, et nos retraites en ont pris un coup. Toutes les économies que nous avons accumulées pendant la pandémie s'amenuisent, et les marchés immobiliers commencent à trembler. Le régime est douloureux mais nous brûlons les "graisses excédentaires" pour le moment.

La question clé est la suivante : le régime peut-il se poursuivre sans nous priver des nutriments essentiels ? Un marché du travail sain, des entreprises qui se développent et des marchés qui fonctionnent bien, voilà ce dont nous avons besoin. Si l'on exerce une pression trop forte sur ces éléments, les conséquences pourraient être désastreuses. C'est ce que les économistes craignent le plus.

Mais ne nous laissons pas encore emporter par le "pessimisme". Il y a au moins deux arguments à prendre en compte :

  • Premièrement, n'oublions pas que les économies - et les agents qui les composent (c'est-à-dire nous) - sont des êtres vivants qui s'autoorganisent en permanence. Pensez-y, au cours des deux dernières années environ, nous avons dû nous adapter à une pandémie, à l'inflation, à une guerre et, plus récemment, à un approvisionnement réduit en énergie. Nous pouvons nous habituer à des taux plus élevés. En outre, chaque changement de période offre des opportunités.

  • Deuxièmement, les marchés et les économies fonctionnent dans des fuseaux horaires différents. Les marchés ont déjà partiellement anticipé une récession qui n'a pas encore officiellement commencé. Nous disons "partiellement" car les prix des actifs sont encore trop élevés, selon nous, si une récession profonde se matérialisait. Mais le fait est que les investisseurs disposent déjà d'un tout nouvel ensemble d'options avec lesquelles jouer. Les actifs plus sûrs redeviennent attrayants et les marchés offrent des aubaines pour les investissements plus risqués. N'est-ce pas un meilleur paradigme que celui que nous avons connu ces dix dernières années ?

Alors oui, des perspectives plus sombres impliquent d'être plus sélectif dans nos choix, mais ce n'est pas une mauvaise chose tant que nous avons des options. C'est ainsi que nous allons naviguer sur les marchés cette année. Comme Mike Jagger, "tout ce que nous entendons, c'est le pessimisme et le malheur... mais nous tenterons notre chance".

Salle de démystification

Saviez-vous que la Banque nationale suisse (BNS) est la seule banque centrale au monde cotée sur une bourse standard ? Vous pouvez acheter une action de la BNS comme vous pouvez acheter une action de Nestlé ou de Roche. L'action peut également verser un dividende. Le dividende, qui ne dépasse pas 6 % du capital social, est prélevé sur le bénéfice net. Dans le cas de la BNS, d'où peuvent provenir les bénéfices ?

Pour cela, il faut comprendre ce que possède la Banque nationale suisse :

Tout bénéfice provient des actifs. Et parfois, ce n'est pas un bénéfice mais une perte. La perte de 142 milliards de francs suisses annoncée par la Banque nationale suisse il y a environ un mois a suscité de nombreux commentaires dans la presse et sur les médias sociaux. Mais quand on regarde ce que la BNS a dans son bilan, ce n'est guère une surprise. En fin de compte, les actifs de la BNS ne sont pas si différents de ceux que des investisseurs comme vous et moi détiennent dans nos portefeuilles d'investissement, nos comptes de courtage, nos 3e piliers, nos avoirs de retraite... ils contiennent simplement plus de placements en devises étrangères.

Parlons richesse

Planifier son parcours et définir ses objectifs d'investissement avec Daniel Glückler

Comment les buts et objectifs personnels influent-ils sur une stratégie de placement ? Et comment les définir clairement ? Pour approfondir ce sujet, nous nous sommes entretenus avec Daniel Glückler, conseiller en patrimoine chez Alpian, et avons découvert un cadre efficace pour définir les objectifs financiers. Et les objectifs de vie. 

Pour obtenir la meilleure stratégie d'investissement possible, c'est-à-dire une stratégie parfaitement adaptée à notre client, nous devons d'abord comprendre son profil financier, c'est-à-dire sa capacité et sa tolérance au risque ainsi que son comportement financier général. Mais nous intégrons le ou les objectifs de vie du client car ils déterminent comment, quand et combien de temps son argent doit rester investi pour générer un montant correspondant à ses objectifs.

Toute personne cherchant à définir ses objectifs patrimoniaux peut se poser ces questions :

  • Dans quelle phase de la vie suis-je ?

  • Quels sont mes objectifs actuels ?

  • Quels objectifs sont plus importants que les autres ?

  • Lequel de mes objectifs nécessite une planification financière ?

  • Quand est-ce que je veux atteindre chaque objectif ?

  • De combien d'argent ai-je besoin pour atteindre chaque objectif ?

Si nous examinons le cycle de vie de la plupart des gens, nous constatons qu'il y a certaines phases de la vie avec des activités et des objectifs différents. Chaque client aura des priorités ou des défis différents en fonction de sa situation personnelle et de la phase de sa vie dans laquelle il se trouve. Le cadre ci-dessous vous permet de réfléchir à ces objectifs de manière structurée et de tenir compte des événements qui pourraient exercer une influence à chaque étape - par exemple, avoir un enfant, obtenir une promotion ou recevoir un héritage. Cela permet aux clients de réfléchir à la stratégie et aux règles qui leur permettront d'atteindre leurs objectifs.

L'interview complète est disponible sur i-vest.ch

mardi 10 janvier
Publications

Article associé

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela. Vous pouvez à tout moment gérer vos préférences.