Close notification
Alpian App

Alpian

App rating
4.7
Actualités de l'entreprise
Le marché en un coup d'œil : J’ai changé d’avis

Le marché en un coup d'œil : J’ai changé d’avis

7 février 2023
Publications

Pour le numéro de février, nous avons fait un détour par les années 1990 pour choisir notre chanson du mois. Et nous sommes revenus avec un ovni musical. En 1999, le rappeur américain Lyrics Born a sorti "I changed my mind" (j’ai changé d’avis en français), une chanson hip-hop aux accents funky qui donne envie de faire un tour en voiture aux Etats-Unis en été. Le clip vidéo est tellement kitsch qu'il mériterait un NFT, mais le flow est « groovy » et entraînant.

Pourquoi avons-nous choisi cette chanson ?

Eh bien, le titre est évocateur de ce qui semble se passer sur les marchés financiers en ce moment. Jusqu'à récemment, le mot "récession" était dans la bouche de tous les économistes. Jamais dans l'histoire de Wall Street, un ralentissement économique n'a été autant anticipé que celui vers lequel nos économies sont supposées se diriger. Les preuves que certaines économies ralentissent déjà ne manquent pas : Les consommateurs dépensent moins, les prix de l'immobilier ralentissent et les entreprises annoncent des résultats mitigés. Mais la récession n'est toujours pas « officiellement » là. Plus intriguant encore, les marchés parient sur quelque chose de différent. La logique veut que si les entreprises n'augmentent pas leurs revenus et leurs ventes parce que l'environnement économique se durcit, alors le cours de leurs actions devrait le refléter.

Mais ce n'est pas le cas. Les actions ont enregistré un gain record pour le mois de janvier. Les actifs numériques sont repartis à la hausse comme si c’était 2020. Et les marchés obligataires signalent que les troubles à l'origine du ralentissement économique (Des taux d'intérêt plus élevés, pour ne pas les nommer) vont bientôt disparaître.

Comme nous l'avons suggéré dans notre bulletin de janvier, les marchés opèrent sur des fuseaux horaires différents de ceux des économies. Les marchés reflètent les anticipations. Ils sont également le juge final des actions des investisseurs et ils peuvent venir à bout des analystes les plus opiniâtres. Il peut être coûteux de "combattre les marchés", comme le dit le dicton. Ainsi, nous avons vu de nombreux investisseurs "changer d'avis" en janvier, car leurs opinions ont été ébranlées.

Et les investisseurs les plus prudents sont maintenant pris entre deux feux. Ne pas participer pleinement aux reprises des marchés peut vous coûter des points de performance. En même temps, il est probablement un peu tôt pour prétendre à la fin des troubles. Pour autant que nous sachions, les banques centrales n’ont pas encore décidé d'adopter une ligne de conduite différente. Elles ont récemment annoncé de nouvelles hausses de taux (Fed : 0,25%, Banque d'Angleterre : 0,50% et Banque centrale européenne : 0,50%) et ont maintenu leur engagement à poursuivre sur cette voie aussi longtemps que nécessaire. Tout futur point de données économiques décevant, notamment sur le front de l'inflation, pourrait être source de déception pour les investisseurs.

Remords ou regrets, c'est le dilemme dans lequel les investisseurs se trouvent de temps en temps.

L'autre histoire qui semble capter l’attention de Wall Street est la réouverture de la Chine. Le pays a connu en 2022 l'une de ses années de croissance économique les plus lentes depuis des décennies, en raison d'une politique anti-Covid très restrictive. Alors que les consommateurs chinois reprennent le chemin des commerces, beaucoup anticipent que cela donnera un coup de fouet à l'économie et au reste du monde. Et le décideur politique semble d'humeur à maintenir la stabilité du commerce extérieur et des investissements.

Dans l'ensemble, nous avons repositionné nos portefeuilles pour profiter de la nouvelle vigueur des marchés d'actions, mais nous gardons un œil sur les risques qui sont sur notre radar : un marché immobilier fragile, des données de marché potentiellement décevantes et l'escalade de la guerre en Ukraine. Nous avons changé d'avis, et nous serons prêts à le faire à nouveau si nécessaire.

La chambre de démystification

L'or est probablement l'une des plus anciennes formes d'investissement. Certains le considèrent comme une relique barbare, tandis que, pour d'autres, il constitue la réserve de valeur ultime lorsque les marchés s'effondrent. Pour sûr, c'est un actif qui suscite beaucoup d'attention. Pourtant, les moteurs fondamentaux de la performance de l'or ne sont pas très bien compris. Qu'est-ce qui fait bouger le prix de l'or ? L'offre et la demande, évidemment. Et nous pouvons nous faire une idée assez précise de qui produit de l'or et de qui l'achète en examinant les données publiées par le World Gold Council.

Du côté de l'offre, nous avons deux types d'acteurs : les mines et les recycleurs. Dans l'ensemble, la proportion d'or provenant de ces deux catégories est relativement stable. La production minière représente environ 75 % de l'offre, tandis que l'or recyclé en représente 25 %. Le pourcentage d'or recyclé a tendance à augmenter avec le prix de l'or.

Du côté de la demande, on peut distinguer cinq grands secteurs qui achètent de l'or. Les bijoux, la technologie, les lingots et les pièces, les produits financiers (tels que les fonds négociés en bourse) et les banques centrales. On met souvent l'accent sur ces dernières, mais elles ne représentent qu'une petite partie des acheteurs. La majeure partie de la demande provient de la joaillerie (50%). Chacun de ces secteurs ajuste sa consommation en fonction du prix de l'or. Si un prix plus élevé tend à attirer les investisseurs, il a généralement un impact négatif sur la technologie et la joaillerie qui se tournent vers des solutions alternatives.

L'écosystème de l'or semble s'autoréguler. Il existe des équilibres naturels au sein de l'offre et de la demande, et il est important pour les investisseurs de les comprendre.

Parlons richesse

Nos spécialistes bancaires principaux, Jacques Sale, et le responsable du développement commercial, Mattia Scolaro, répondent à certaines des questions que vous avez posées :

Quelle est la différence entre la gestion discrétionnaire de patrimoine et les solutions de conseil financier ?

Mattia : Les solutions discrétionnaires et de conseil sont des solutions d'investissement proposées dans le cadre des services de banque privée. Dans une solution discrétionnaire, la banque investit au nom du client après avoir terminé son évaluation des risques et défini la stratégie à suivre pour son portefeuille. Cette solution offre un portefeuille géré de manière professionnelle qui bénéficie de la perspicacité et de la réactivité de l'équipe d'investissement de la banque. Dans cette approche, les clients ne participent pas au processus de décision et peuvent consacrer leur temps à d’autres activités.

A contrario, une solution de conseil offre uniquement des recommandations sur la manière d'investir. Le client doit prendre la décision finale. Cette approche exige une plus grande implication du client, et nous assurons généralement un suivi pour lui signaler de nouvelles opportunités et veiller à ce que son portefeuille reste aligné sur sa stratégie.

Quelles sont les différences entre les services de gestion d'actifs et le trading en ligne ?

Jacques : Comme son nom l'indique, un service de gestion d'actifs est généralement une société ou un professionnel qui gère vos actifs (liquidités) suivant un mandat donné basé sur votre profil de risque, vos préférences et vos attentes.

L'obligation de diligence (stewardship) guide un gestionnaire d'actifs. Cela signifie qu'un service de gestion de fortune vise à investir votre patrimoine d'une manière qui sert au mieux vos intérêts à long terme. Dans cette relation, votre implication est limitée - le gestionnaire d'actifs décidera de l'investissement le plus approprié sur la base de votre stratégie.

En revanche, les services de trading en ligne n'offrent généralement pas le soutien d'un expert pour les décisions d'investissement. Vous décidez de ce qu'il faut acheter et vendre en fonction de vos compétences, de vos émotions et d'autres facteurs.

En quoi les gestionnaires d'actifs traditionnels sont-ils différents des robo-advisors ?

Jacques : Un robo-advisor vous prodigue des conseils d'investissement automatisés basés sur votre stratégie. Il tient compte des données et du sentiment du marché et les combine avec vos entrées pour formuler ses conseils. Essentiellement, il n'y a aucune interaction avec des êtres humains, et les conseils vous sont envoyés numériquement.

Un gestionnaire d'actifs conventionnel est un professionnel qui, sur la base de son expérience, de ses compétences et de ses connaissances, vous fournit des conseils en matière d'investissement. De nombreux gestionnaires d'actifs commencent par l'analyse d'un robo-advisor mais vont plus loin. La liberté de penser en dehors du cadre du robo-advisor leur permet d'évaluer d'autres facteurs pour affiner les conseils qu'ils offrent finalement. Il peut s'agir de l'impact des événements politiques, de la dynamique macroéconomique et même des sentiments humains. Dans les deux cas, le cadre de votre stratégie d'investissement est respecté, et les conseils donnés visent à s'aligner sur votre meilleur intérêt.

Article associé

Un mot de Schuyler Weiss, PDG d’Alpian
Le marché en un coup d'œil : C'est l'heure de la rééducation.
Le marché en un coup d'œil : Tout ce que je veux pour Noël, c'est...