Close notification
Alpian App

Alpian

App rating
4.7
Actualités de l'entreprise
Le marché en un coup d'œil : "Animal"

Le marché en un coup d'œil : "Animal"

7 mars 2023
Publications

C'est le genre de chanson qui peut vous donner envie de participer à une compétition de CrossFit, même si vous n'avez pas mis les pieds dans une salle de gym depuis des années. Notre choix pour le mois de mars est “Animal” du duo de hip-hop électrique The Seige. Des rythmes énergiques, des paroles galvanisantes, un sentiment d'urgence... si, en l'écoutant, vous avez l'impression d'avoir atterri au milieu d'une arène pleine de gladiateurs, eh bien, c'était l'intention.

En effet, pour de nombreux observateurs, les marchés financiers ressemblaient à un champ de bataille en février. Après un début d'année exceptionnel où les taureaux (les investisseurs qui pensent que les marchés sont prêts à monter) nous ont presque fait oublier que les économies mondiales étaient confrontées à des vents contraires, les ours (les investisseurs qui pensent que les marchés sont orientés à la baisse) étaient de retour et plus motivés que jamais. Le résultat? La plupart des marchés boursiers étaient en baisse, les taux étaient en hausse et pour une fois, les actifs numériques étaient heureux de ne pas être au centre de l'attention. En un mot, un arrière-goût de 2022.

Y a-t-il un point de données économiques ou une nouvelle particulière qui a déclenché cette vague de vente ? Pas vraiment. Les raisons de craindre restent les mêmes : une inflation plus forte que prévu et une cohorte de banques centrales décidées à la combattre au risque de pousser les économies en récession. Les raisons d'espérer restent également les mêmes : un marché de l'emploi résilient, des consommateurs qui continuent de consommer et de bonnes nouvelles en provenance de l'Est, notamment des entreprises chinoises. Même les potins restent les mêmes : Elon Musk a repris son titre d'homme le plus riche du monde face à Bernard Arnault (à vrai dire, on s'en fiche).

Mais c'est la beauté des marchés financiers, l'un des seuls endroits où vous pouvez vous attendre à ce que les mêmes causes produisent des résultats différents. Et de temps en temps, vous avez ces récits contradictoires et ces divergences d'opinions qui se traduisent par des fluctuations plus importantes. Pour citer Benjamin Graham : "à court terme, le marché est une machine à voter" et en ce moment, les thèmes de l'élection sont particulièrement difficiles à saisir pour la plupart des investisseurs pour plusieurs raisons :

  • L'inflation est une variable complexe. Demandez à dix économistes ce qui a causé la récente hausse des prix et vous obtiendrez dix explications différentes. Certains pensent qu'elle est causée par les politiques monétaires et fiscales, d'autres par des chocs d'offre, d'autres encore par des forces à plus long terme comme la démographie.

  • L'action est en cours. Chaque agent économique, des banques centrales aux consommateurs en passant par les entreprises, s'adapte à l'inflation. Et les investisseurs aussi. Cela ajoute à la complexité.

  • Si l'inflation est là pour rester et que la croissance est sur le point de décélérer dans toutes les économies. Cela signifie-t-il vraiment que les investisseurs vont vendre tous leurs actifs ou vont-ils simplement modifier leurs attentes ?

Si vous vous trouvez dans l'incapacité d'attribuer des probabilités à un scénario économique particulier par rapport à un autre (c'est-à-dire que vous ne savez pas quoi voter), considérez-les comme également probables et préparez votre portefeuille et votre état d'esprit en conséquence : à la fois pour les bonnes et les mauvaises nouvelles.

Comment s'y prendre ? Essentiellement en visant une plus grande diversification. Que ce soit au niveau international, en considérant d'autres pays dans votre combinaison d'investissements, ou à travers différentes classes d'actifs. Des taux plus élevés rendent à nouveau attractives certaines classes d'actifs comme les obligations.

La chambre de démystification

Vous êtes-vous déjà demandé quelle était la différence entre les produits d'investissement passifs et actifs ? Laissez-nous vous expliquer.

Tout d'abord, nous devons introduire le concept de benchmark (indice de référence en français) :

Un benchmark est un ensemble de titres qui représentent un segment particulier du marché et dont vous pouvez mesurer la performance. Par exemple, le SMI est un indice composé des 20 premières sociétés suisses cotées en bourse et est souvent utilisé pour évaluer la performance de l'économie suisse.

On parle généralement d'investissement passif pour décrire un produit dont l'objectif est de répliquer la composition et la performance d'un indice de référence donné. Cela signifie acheter les actifs sous-jacents qu'un indice de référence achète et vendre ceux qu'il vend. Les Exchange Traded Funds (ETF) sont de bons exemples d'investissements passifs.

Au contraire, les produits d'investissement actifs font souvent référence à des produits gérés activement par un professionnel de l'investissement qui prend des décisions actives sur les constituants des fonds, avec l'objectif étant de fournir des performances supplémentaires.

Parlons richesse

Nos spécialistes bancaires principaux, Jacques Sale, et le responsable du développement commercial, Mattia Scolaro, répondent à certaines des questions que vous avez posées :

En quoi le "Private Banking" est-il différent de la banque normale ?

Mattia : C'est une excellente question pour commencer. La gestion de patrimoine peut être complexe, et cela fait partie de notre travail de rendre les choses claires. Le Private Banking fait tout d'abord référence à un ensemble de services dédiés à la gestion du patrimoine des clients avec les plus hauts standards et la personnalisation. Cela peut inclure des solutions discrétionnaires et de conseil (nous y reviendrons dans la prochaine question). Un banquier privé cherche à comprendre la situation financière, les besoins, les objectifs et les ambitions de la vie future de son client. Toutes ces informations sont analysées avant de proposer une stratégie financière et d'investissement sur mesure, afin d'offrir la meilleure solution de gestion de patrimoine.

Comme vous pouvez le constater, la banque privée requiert la compréhension et l'empathie que seul un autre être humain peut offrir. C'est pourquoi les relations de banque privée sont souvent gérées avec le soutien d'un banquier expérimenté. Il convient également de noter qu'en Suisse, et dans le monde entier, les clients doivent effectuer un dépôt minimum important pour pouvoir bénéficier de la plupart des services de banque privée.

Quelles stratégies d'investissement les services de gestion de fortune suisses proposent-ils ?

Mattia : Les banques proposent généralement 4 à 5 stratégies qui correspondent au profil de risque du client. Chaque stratégie est composée différemment. Le résultat de cette composition est appelé allocation d'actifs. Par exemple, si vous avez une stratégie plus agressive - qui vise à offrir un meilleur rendement - il serait conseillé d'avoir plus d'actions dans votre allocation d'actifs. Et il vous serait conseillé de rester investi plus longtemps.

Chez Alpian, nous proposons un nombre indéfini de stratégies afin de garantir que le portefeuille du client soit entièrement personnalisé et aligné sur ses besoins. Cette approche tend à différer des offres traditionnelles, car Alpian ne crée une stratégie unique qu'une fois que le client a complété son profil d'investisseur.

Puis-je personnaliser mon portefeuille d'investissement ?

Jacques : En général, pour pouvoir le faire, vous avez deux choix :

  • Investir au moins plusieurs millions dans un mandat, ou bien

  • Payer des frais plus élevés pour la personnalisation.

Le premier cas est typique d'une banque privée. Les banques traditionnelles vous proposent généralement une stratégie standardisée correspondant à votre profil d'investissement. Souvent, elles vous attribuent un profil pour lequel une stratégie standard préconstruite est déjà en place. Et ces stratégies préconstruites ne peuvent pas être adaptées à vos préférences.

Dernièrement, certaines solutions d'investissement s'éloignent de cette approche groupée, en essayant d'offrir des stratégies plus personnalisées à leurs clients. Après tout, chaque client est différent et tous ont des buts, des objectifs et des intérêts différents. Alors, ne méritent-ils pas une stratégie personnalisée ?

Article associé

Un mot de Schuyler Weiss, PDG d’Alpian
Le marché en un coup d'œil : C'est l'heure de la rééducation.
Le marché en un coup d'œil : Tout ce que je veux pour Noël, c'est...