Le marché en un coup d'œil : Tout ce que je veux pour Noël, c'est...

mercredi 7 décembre
Publications

Vous l'avez deviné, la chanson que nous avons choisie pour le numéro de novembre de notre bulletin d'information sur les investissements est "All I Want for Christmas" de Mariah Carey. Même si vous allez probablement entendre cette chanson des centaines de fois pendant les fêtes de fin d'année, nous l'avons choisie pour une bonne raison. Tout ce que les investisseurs souhaitent pour ce Noël, c'est un rallye.

L'année 2022 a été plutôt difficile pour les marchés financiers. Tous les agents économiques, des consommateurs aux entreprises en passant par les gouvernements, ont dû s'adapter à un nouveau régime de marché en un court laps de temps. Taux plus élevés, prix des actifs plus bas et croissance plus lente, tel est le nouveau paradigme.

Après quelques mois de digestion douloureuse, nous nous sommes en quelque sorte habitués à ce nouveau monde économique. Heureusement, l'absence de mauvaises nouvelles ces dernières

semaines a suffi à propulser les prix des actifs à la hausse. Les mois d'octobre et de novembre nous ont même donné quelques raisons d'espérer :

Tout d'abord, les entreprises, qui constituent le socle de l'économie, semblent bien résister. Leurs résultats financiers publiés pour le troisième trimestre de cette année ont été, dans l'ensemble, meilleurs que prévu. De plus, les derniers chiffres de l'inflation publiés aux États-Unis semblent indiquer que les interventions des banques centrales commencent à avoir un impact positif.

Un point de données ne fait pas une tendance, mais lorsque les marchés sont en hausse, il est important d'en profiter. La plupart des actifs, des actions aux obligations, étaient en hausse ces dernières semaines et nos portefeuilles en faisaient partie. Les seuls à manquer à la fête étaient les actifs numériques, qui se sont retrouvés au milieu d'une crise de liquidité et de confiance épique.

En cette fin d'année, la prudence reste de mise, car le spectre de la récession est toujours présent. Mais la crise nous a également offert des opportunités. Alors pourquoi ne pas ajouter quelques actifs à notre liste de souhaits de Noël ?

Point démystification.

La récession. Il n'existe pas de définition officielle de la récession. L'une d'entre elles, communément

admise, est un déclin prononcé, généralisé et prolongé de l'activité économique. Trois dimensions sont souvent prises en compte pour qualifier une récession :

- De combien ? De combien l'activité a-t-elle diminué ? Est-elle significative pour tous les indicateurs que vous utilisez pour mesurer l'activité économique ?

- Combien de temps ? Combien de temps a duré la baisse ? Quelques mois ou plusieurs trimestres ?

- Quelle est son ampleur ? La baisse de l'activité est-elle répartie sur l'ensemble de l'économie ? Tous les secteurs sont-ils touchés ?

La notion clé de la récession est donc celle de l'activité économique. Sa mesure est autant un art qu'une science. Elle fait généralement appel à de multiples indicateurs pour tenter de saisir l'évolution de variables telles que :

- L'emploi. Combien de personnes sont actuellement employées ?

- Les ventes. Les consommateurs dépensent-ils ? Les entreprises vendent-elles ?

- Le revenu. Le revenu des ménages est-il en hausse ?

- La production. Combien de biens et de services sont produits dans le pays ?

Par les experts.

Ce mois-ci, nous nous sommes entretenus avec Ashish Singh, responsable de la gestion des programmes et du développement durable chez Alpian. Alpian s'est récemment associé à Venture Lab pour parrainer l'équipe nationale suisse de Cleantech. Ashish, qui a participé à la tournée de présentation de ces startups à Munich, nous fait part de ses impressions dans cette interview :

Q : Pourquoi est-il important pour une banque telle qu'Alpian de prendre part à ces initiatives ?

R : Les banques sont au cœur du système financier. Les clients nous confient leur patrimoine et attendent de nous que nous les aidions à le faire fructifier, tout en s'attendant de plus en plus à créer un impact positif pour la société et la planète. Cela dit, les banques doivent faire preuve de prudence dans ce domaine, car elles risquent de faire de l'écoblanchiment. Par conséquent, afin d'affiner l'univers d'investissement avec les projets et les entreprises les plus appropriés, du point de vue du risque, du rendement et de l'impact, il est tout aussi impératif pour les banques de rester à l'affût des innovations axées sur la durabilité dans l'ensemble du secteur. Lors du roadshow, il était impressionnant de constater le haut degré d'innovation et la diversité des solutions, notamment l'énergie solaire, la géothermie, l'hydrogène, l'utilisation des déchets, le chauffage efficace et les solutions logicielles. Plus d'informations ici.

Q : Quelles sont les principales conclusions à tirer de votre expérience avec ces startups, les sociétés de capital-risque, les entreprises et les gestionnaires d'investissement ?

R : En effet, il y a une convergence claire sur :

  1. L'industrie :

    • Une attention et des investissements croissants pour les projets de capture et de stockage du carbone.

    • Les solutions qui contribuent à la transition des industries conventionnelles vers des vecteurs énergétiques plus propres gagnent en popularité. Par exemple, l'hydrogène et l'électricité dans les secteurs du chauffage et du transport, l'efficacité énergétique, etc.

    • Les innovations axées sur le développement durable dans les industries mal desservies ou dans les secteurs où il existe peu d'alternatives viables aux combustibles fossiles. Par exemple, l'économie circulaire et le recyclage des déchets comme moyen de réduire la dépendance à l'égard de la production de béton/acier à forte intensité de carbone.

  2. La prise en compte des externalités : Les panélistes ont également exprimé la tendance toujours croissante de la taxation du carbone comme moyen de comptabiliser les externalités, et comme levier pour inciter à l'action climatique au niveau national, et des entreprises. La couverture actuelle des taxes sur le carbone en % du PIB mondial et la tarification de la taxation du carbone sont considérées comme bien trop faibles dans la plupart des régions géographiques pour déclencher une action climatique sérieuse.

  3. L'état d'esprit : Au lieu d'un état d'esprit de "devoir faire des rapports", la durabilité est de plus en plus considérée comme une opportunité de réduire les coûts, de différencier les produits, de créer des modèles commerciaux plus efficaces et d'assurer la viabilité d'une croissance soutenue à l'avenir.

Q : Une dernière réflexion sur la façon dont nous pouvons lutter contre le changement climatique ?

R : Je pense que ces mots de Sir David Attenborough résument le mieux la nécessité d'une action concertée :

"De nombreux individus font ce qu'ils peuvent. Mais le véritable succès ne peut venir que d'un changement dans nos sociétés, dans notre économie et dans nos politiques."

Parlons de richesse.

Il sera bientôt temps de remplir notre déclaration d'impôts pour 2022. Il est temps de faire un petit rappel sur la façon dont les investissements sont imposés en Suisse !

En Suisse, nous avons trois niveaux d'impôts différents : fédéral (le même pour toute la population), cantonal et communal. Cette diversité et cette autonomie ont fait de la Suisse un pays attrayant au fil des ans pour les entreprises et les particuliers lorsqu'ils envisagent différentes solutions de planification fiscale.

Si l'on considère la Suisse dans son ensemble, l'impôt cantonal moyen sur le revenu est de 33 % pour les plus hauts revenus, avec des pointes allant de 44,75 % à Genève à 22,38 % à Zoug. Bien qu'il y ait eu un certain nombre d'initiatives au fil des ans pour harmoniser le système fiscal suisse, certains avantages subsistent dans certains cantons malgré la pression.

Le tableau ci-dessous montre comment le système fiscal suisse varie selon le canton de résidence, en ce qui concerne l'impôt maximal sur le revenu.

Il existe plusieurs calculateurs d'impôts en ligne permettant d'obtenir une indication du taux d'imposition en fonction du revenu, et il est également possible de comparer avec d'autres cantons et au niveau international.

En laissant de côté le secteur des entreprises, qui conserve ses avantages fiscaux avec un large choix entre les différents cantons, concentrons-nous sur l'imposition des activités d'investissement sur les marchés financiers pour un particulier.

En résumé, la Suisse présente plusieurs avantages fiscaux pour les investisseurs privés grâce à son modèle fédéral et à son approche pragmatique des investissements financiers. Il y a vraiment peu d'occasions où un contribuable ne doit pas renoncer à une partie de son gain financier. C'est le cas ici, et c'est une excellente incitation à commencer à investir.

mercredi 7 décembre
Publications

Article associé

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela. Vous pouvez à tout moment gérer vos préférences.